Toutes les formes de publicité télévisée et le téléachat doivent être aisément identifiables comme tels. Ils doivent être nettement distingués des autres éléments de programme par des moyens optiques, acoustiques ou spatiaux. Les spots isolés de publicité ou de téléachat doivent être exceptionnels, sauf lors de la diffusion de manifestations sportives.

Sont interdits les spots pour les médicaments et les traitements médicaux, ainsi que toute forme de communication commerciale audiovisuelle pour les cigarettes et les autres produits du tabac. La publicité pour les boissons alcooliques est autorisée sous certaines conditions.

Les principes généraux régissant le contenu des programmes s'appliquent également aux messages publicitaires. Par conséquent, les spots ne doivent pas comporter de discrimination fondée sur le sexe, l'origine raciale ou ethnique, la nationalité, la religion ou les convictions, un handicap, l'âge ou l'orientation sexuelle.

La violence, l'érotisme, la pornographie et la protection des mineurs avant tout sont autant d'éléments qui comptent parmi les préoccupations principales de l'Autorité.

Les messages publicitaires ne doivent pas inciter directement les mineurs à l'achat d'un produit.

L'insertion de publicité télévisée ou de télé-achat ne doit pas porter atteinte à l'intégrité des programmes, compte tenu de leurs interruptions naturelles, de leur durée et de leur nature.

La diffusion des films conçus pour la télévision (à l'exclusion des séries, feuilletons et documentaires), des œuvres cinématographiques et des journaux télévisés peut être interrompue par de la publicité télévisée et/ou du télé-achat une fois par tranche programmée de trente minutes au moins. La diffusion des programmes pour enfants peut être interrompue par de la publicité télévisée et/ou du télé-achat une fois par tranche programmée de trente minutes au moins, à condition que la durée prévue du programme soit supérieure à trente minutes. La publicité télévisée ou le télé-achat ne peuvent être insérés pendant la diffusion des services religieux.

Le placement de produit est une forme de publicité qui consiste à inclure un produit, un service ou une marque dans un programme télé et non (comme pour les genres publicitaires classiques) entre les éléments de programmes.

Bien qu'existant depuis longtemps dans la pratique des diffuseurs, le placement de produit a seulement été introduit dans la directive européenne du 11 décembre 2007 sur les services de médias audiovisuels pour être transposé en droit luxembourgeois en 2008.

Le principe fondamental de la directive est d'interdire tout d'abord le placement de produit, pour l'autoriser ensuite dans certaines conditions seulement. L'interdiction prévaut certainement pour les programmes à contenu rédactionnel comme les journaux télévisés et pour les programmes destinés aux enfants.

Les émissions contenant du placement de produit ne doivent pas être influencées de manière à porter atteinte à la responsabilité et à l'indépendance éditoriale de l'éditeur.

Finalement, les émissions ne doivent pas inciter directement à l'achat ou à la location des produits ou services vantés, elles ne peuvent pas comporter des références promotionnelles spécifiques à ces produits et ne doivent pas mettre en avant les produits en cause de manière injustifiée.

Le parrainage se concrétise dans la contribution d'une entreprise ou d'une personne physique au financement d'un service de médias audiovisuels, dans le but de promouvoir son nom, sa marque, son image, ses activités ou ses produits.

Tout comme pour le placement de produit, la responsabilité et l'indépendance éditoriale de la chaîne de télévision doivent être garanties. Le parrainage ne doit pas inciter directement à l'achat ou à la location de biens ou de services.

Les téléspectateurs doivent être clairement informés de l'existence d'un accord de parrainage, par exemple au moyen d'une référence au produit ou service en cause ou d'un signe distinctif, ceci en début ou à la fin du programme, ou pendant au cours de sa diffusion.

Le parrainage par des entreprises produisant cigarettes et autres produits du tabac est interdit. Les entreprises qui fabriquent ou vendent des médicaments et proposent des traitements médicaux peuvent promouvoir leur nom. Par contre, la promotion de médicaments ou de traitements médicaux spécifiques disponibles uniquement sur ordonnance est interdite.

Les journaux télévisés et les programmes d'information politique ne peuvent pas être parrainés.

Le téléachat est la diffusion d'offres directes au public de biens ou de services moyennant paiement. Il ne doit pas être porté atteinte à l'intégrité des programmes en cas d'insertion de téléachat pendant les programmes. La diffusion de films télévisés, d'oeuvres cinématographiques et de journaux télévisés peut être interrompue par du téléachat une fois par tranche programmée de trente minutes au moins. Il en va de même pour les programmes pour enfants à condition que la durée du programme soit supérieure à trente minutes. Le téléachat pour les médicaments ou pour les traitements médicaux est interdit. Les boissons alcooliques peuvent faire l'objet de téléachat sous certaines conditions.

Une publicité est qualifiée de clandestine lorsque sont présentés à l'antenne des biens, services ou autres marques, en dehors des écrans publicitaires, et ce dans un « but publicitaire ». Ces messages sont diffusés dans le but non pas d'informer, mais de promouvoir avec le risque d'induire le public en erreur sur la nature d'une telle présentation.

La publicité clandestine est interdite.